Perspectives d'avenir

ASSOCIATION “3Saisons“                     AGO du 26 janvier 2020

                                 

Par Alain BOURDOT – Président

 

Nous vivons actuellement un moment clé de l’évolution de notre projet. Les orientations à prendre dans les semaines ou les mois qui viennent seront décisives. La réalisation du lieu de vie que nous souhaitons créer, la gestion pratique de son financement, l’organisation structurelle du type d’habitat, le choix d’un maître d’ouvrage lorsque sera décidé et acquis le lieu d’implantation, la qualité ou les qualités des futurs résidents, constituent, parmi d‘autres, autant de secteurs à éclairer de nos propres lumières. De cela dépend en grande partie la faisabilité du projet.

 

Mais ce n’est pas suffisant. Car, par ailleurs, ce projet, en vue de sa concrétisation, a besoin d’une implication assez forte des membres souhaitant contribuer à sa réalisation. Certes, ceux qui souhaitent le plus contribuer à sa réalisation sont celles et ceux qui envisagent d’y résider. Se rajoutent celles et ceux qui souhaitent, sans avoir nécessairement la perspective d’y résider, et ceci pour diverses raisons, dont celle de savoir qu’au moment de l’inauguration de la structure résidentielle, ils auront peut-être passé le seuil, qui, donc, souhaitent qu’une telle réalisation voie le jour sur le sol français. La question de l’engagement est primordiale dans ce type de projet. Elle est concomitante de celle de l’implication, à condition que l’on se sente concerné. Notre projet, en vue de sa réalisation, a besoin de personnes engagées. Chacune et chacun peut s’engager à sa mesure, en fonction de ses propres forces. Ce n’est pas facile, cela demande souvent de l’abnégation, cela nous met parfois en face de contradictions, quand ce n’est pas de motifs de contrariété, mais comment faire avancer les choses s’il n’y a pas ce carburant de l’engagement ?

Nous sommes presqu’à l’aube d’une année nouvelle qui pourrait être celle de l’implantation, de l’incarnation de ce lieu de vie espéré dans un lieu précis.

Le temps des échanges d’idées, de points de vues, de réflexions fondées, ce temps-là, s’il n’est pas terminé, et fort heureusement, se doit d’être davantage complété par la mise en mouvement de notre agir. Je ne veux pas dire par là que nous n’avons rien fait jusqu’à présent car bien des choses, dont la plupart ne se voient pas, ont été réalisées. Mais nous devons agir dans des directions sélectionnées. Et pour cela, l’accompagnement par des professionnels aguerris œuvrant dans la création d’habitats similaires est précieux. Des contacts, en ce sens sont déjà pris.

Notre conseil d’administration doit prochainement se rendre à Forcalquier pour une journée de travail avec Pierre Lévy, responsable de l’association Regain, dont l’une des activités consiste à accompagner de ses conseils des projets d’habitat participatif.

 

Ces professionnels ne se limitent pas à Pierre Lévy. Avec Béatrice, nous devons prochainement rencontrer une autre personne, à Marseille qui accompagne également ce type de projet.

Par ailleurs, pour ce qui concerne le lieu d’implantation, nous avons visité pas mal de propriétés, mais jusque-là, rien ne nous a vraiment convenu. Il se trouve qu’à Sorgues, en face de l’École, de l’autre côté de la route, la mairie a le projet de construire un éco-quartier. Nous pourrions peut-être participer, être partie prenante dans ce projet, qui était jusqu’à présent semble-t-il mis en sommeil. Mais si ce projet doit prendre des années pour prendre corps, je ne suis pas sûr que nous devions nous impliquer. Toujours est-il qu’une rencontre avec le maire est imminente et répondra à nos légitimes interrogations. C’est ce qu’en tout cas nous pouvons souhaiter.

La journée passée à Forcalquier sera décisive de ce point de vue car elle pourra nous orienter dans la recherche d’un lieu d’implantation.

Un document de présentation du projet est en cours de finalisation. Là encore, après notre rencontre avec Pierre Lévy, il sera vraisemblablement achevé.

Par ailleurs, le prospectus et les articles passés dans les Nouvelles de la SAF et dans le Bulletin de l’APMA ont généré quelques contacts. Gageons qu’ils nourrissent notre devenir.

Nous bénéficions à présent d’un socle qui s’il n’est pas encore façonné définitivement, caractérise les éléments essentiels de notre projet. Ce qui va permettre la stabilisation, ce sont les contacts pris avec des professionnels.

Les perspectives d’avenir ne sont pas si brumeuses que cela. L’horizon se dégage.

Voilà ce que je voulais dire pour introduire les échanges que nous allons avoir à présent au sujet des perspectives d’avenir. Je laisse donc la parole à cette assemblée, afin qu’avec ces échanges que nous allons avoir, nous puissions enrichir le vêtement de ce projet.